La portée de la victoire des bleus sur l´économie française

La victoire de la coupe du monde de l´équipe de France redonne un petit coup d´espoir à la consommation ainsi qu’au moral des français. Elle reste tout de même l´objet d´un grand débat au pré des économistes français, car certains restent tout de même sceptiques quant aux effets bénéfiques de cet exploit sur l’économie.

Effet bénéfique

Dès la qualification des Bleus au finale en Russie, le ministre l’Economie, Bruno Le Maire a annoncé sur France 2 “c’est bon pour la croissance, parce que la croissance, ça repose sur de la confiance”, tout en évitant de chiffrer les points de PIB escomptés.

Alors que la France est maintenant à la septième place au rang des économies mondiales car elle a été rétrogradée par la banque mondiale, elle est maintenant dépassée par l´Inde, la Commission européenne table maintenant sur une croissance de 1,7% en France, tandis que le gouvernement reste sur le chiffre de 21% afin d´échafauder sa loi de finances.

Afin de connaitre si la victoire a un effet bénéfique, certains économistes se sont penchés dans les archives de la coupe du monde de 98, car en effet les foyers ont renouvelé leurs télés jusqu’à la finale, l´ Insee avait remarqué en ce temps là un bond de 1,2% de dépenses en bien d´équipement du logement en mai, pourtant cet impact n´est pas très significatif. Selon l´institut “l ’achat de téléviseurs se fait au détriment d’autres produits”. A l’instar des TV, les bières, pizza et drapeaux tricolores elles, s´envolent toujours ainsi que les maillots surtout qui se font même arracher.

Les économistes sont partagés

La joie nationale lors de la victoire des Bleus peut redonner confiance, même si l´Insee ne trouve pas de lien entre évolution du moral des ménages ainsi que la victoire de l´équipe française. D’après l’institut, “même en juillet 1998, la hausse s’inscrit dans une tendance haussière à l’œuvre depuis mi-1996”.

Ludovic Subran chef économiste chez Euler Hermès, lui par contre s’attend à un effet coupe du monde ajoutant 0,1% à la croissance du PIB. Selon lui, “cela peut dissiper le cynisme et soutenir la consommation”. Cependant, à la différence de 1998, la France n’a pas organisé la compétition et ne profite donc ni d’investissements dans les infrastructures ni de recettes touristiques liées à l’événement.

Bastien Drut, auteur de “Mercato. L’économie du football au XXIe siècle” est circonspect. Il a déclaré “qu’aucune étude économétrique sérieuse n’a montré d’effet significatif de la victoire de la France sur la croissance en 1998”. Par contre l´on pouvait mesurer un impact de 98 au niveau des prénoms de 10 000 bébés nés en France durant les 18 mois suivants. De nombreux bébés ont été baptisé Zinedine ou Lilian. On peut donc croire que d´ici peu cet effet se reproduira avec les noms tels que Kylian, Antoine, Paul et N’Golo.

Leave A Comment