hausse du pouvoir d'achat

Une légère augmentation du pouvoir d’achat en France

Après le coup dur de la crise de 2008, qui a entrainé des effets néfastes sur l’économie française, le pouvoir d’achat revient à la hausse et offre aux ménages français de meilleures marges de manœuvres.

Les raisons de la hausse du pouvoir d’achat

D’après les économistes travaillant pour l’INSEE, le pouvoir d’achat des Français devrait enregistrer une hausse en 2015, en raison de la baisse du cours du pétrole et celle de la pression fiscale, entrainée par la suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu, pour les ménages modestes.

Pour rappel, les Français ont bénéficié d’une augmentation du salaire moyen brut de l’ordre de 1,4%, en 2014. Bien que cette hausse soit la plus faible enregistrée depuis approximativement une décennie, elle devait avoir lieu compte tenu de la conjoncture économique dégradée de l’Hexagone.

En 2014, la principale raison de la progression du pouvoir d’achat réside dans la stagnation de l’inflation observée depuis 2011. L’année dernière, les prix ont augmenté de 0,5%, ce qui a permis aux ménages d’étoffer leur portefeuille, dans une certaine mesure.

Si cette inflation continue son recul, 2015 serait, pour les économistes de l’INSEE, une année favorable au pouvoir d’achat des Français. D’après des études, elle devrait rester proche de zéro tout au long de cette année.

Une augmentation qui pourrait ne pas être globale

pouvoirdachat

S’il y a progression du pouvoir d’achat, il est indispensable de se poser la question suivante : qui en bénéficiera ?

En effet, il faut savoir qu’une augmentation des marges de manœuvres ne profitera pas à tous les Français. Les catégories socioprofessionnelles les plus importantes bénéficieront d’un pouvoir d’achat nettement plus conséquent, que les travailleurs les plus pauvres, dont les salaires augmentent à un rythme relativement faible. De plus, la hausse n’atteindra pas son niveau d’avant-crise. En 2007, la progression du pouvoir d’achat a été estimée à 2,3%, alors que pour 2015, les experts prévoient une hausse d’environ 1%.

Autre bémol, l’augmentation des salaires pourrait être bien plus faible qu’en 2014, selon certains économistes.

D’après Eric Heyer de l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) les entreprises devraient se rattraper durant 2015, après avoir réalisées un exercice au-delà des espérances en 2014..

Leave A Comment