Le crowfunding immobilier suscite l’engouement des particuliers

Largement utilisé dans l’univers des nouvelles technologies, le crowfunding s’invite dans le secteur de l’immobilier et suscite l’intérêt des investisseurs particuliers. Ces derniers participent généralement au financement d’un projet pour pouvoir réaliser des placements dans la pierre et pour en tirer des profits substantiels, annoncés par les promoteurs. Cependant, il faut noter que les risques de perte restent présents.

Le crowfunding immobilier en plein essor

De 2015 à 2016, le crowfunding immobilier a enregistré une croissance de 80% et selon Quentin Romet, le président d’Homunity, il devrait permettre de lever entre 80 et 90 millions d’euros durant cette année.

Chez les investisseurs, l’engouement pour le financement participatif dans le secteur de l’immobilier s’explique par les importants profits pouvant être réalisés à partir de placements de courte durée. Dans la majorité des cas, les promoteurs promettent un rendement avoisinant 10% par an, pour des investissements d’une durée ne dépassant pas trois ans.

A l’instar des particuliers, les promoteurs s’intéressent grandement à ce système de financement en raison de la législation qui les oblige à apporter des fonds propres dans la réalisation de leur projet. Grâce au crowfunding, ils peuvent aisément trouver des compléments aux emprunts bancaires.

Des risques non-négligeables

En France, environ huit plateformes mettent en relation les promoteurs et les investisseurs. Dans l’optique de limiter les risques de perte, elles sélectionnent méticuleusement les projets.

Toutefois, malgré les mesures prises par les portails spécialisés en financement participatif immobilier, la sécurité des placements n’est pas assurée à 100%.

Bien que le taux de défaut de ce type de crowdfunding soit estimé à 2%, les cas de perte ne sont pas rares. Parmi les plus connus, on peut citer le financement d’un des projets de Terlat. Après avoir levé 2,8 millions d’euros à partir des plateformes Anaxago et de Wiseed, le groupe a annoncé aux investisseurs son incapacité à procéder à des remboursements.

Il est à noter que, les pertes dans le crowdfunding ne peuvent pas faire l’objet de déduction fiscale sur des gains de même nature.

Afin d’éviter les problèmes, il est fortement conseillé d’investir dans des projets proposés par des promoteurs bénéficiant d’une certaine ancienneté.

Leave A Comment